émission télé Echappées Belles sur Grenoble

Felix Oberson sur facebook

les habitants de Chamrousse s’appellent les « Chamroussiens »

pèlerinage à la Salette

l’industrie du ver à soie à St Marcellin (ensuite tissé à Lyon par les Canuts)

la foire de Beaucroissant date de 1219

3 AOC en Isère :
– la noix de Grenoble
– le bleu de Sassenage
– les vins de Savoie (???????? en Isère ??)

les comptes twitter pour les élections municipales dans l’agglo grenobloise

@VilleDeGrenoble

liste socialiste @AimerGrenoble

(PS, MRC, PRG, PC, Go Citoyenneté, Cap 21 et @RedsGrenoble Rassemblement citoyen Grenoble)

@JeromeSafar (tête de liste PS) (adjoint sortant de @MDestot : Michel Destot (maire socialiste sortant, ne se représente pas)
@CelineDeslattes adjointe PS sortant
@oNoblecourt : Olivier Noblecourt adjoint PS sortant
@LaureMASS0N adjointe PS sortante
@GildasL : Gildas Laeron conseiller municipal PS
@PatriceVoir adjoint PCF sortant
@StephaneGemmani conseiller municipal MoDem
@deLongeviallePh candidat sur la liste de Jerome Safar, adjoint sortant. Centriste
UMP @M_Chamussy : Matthieu Chamussy tête de liste UMP
@NathBeranger : Nathalie Béranger candidate UMP
@Gre1VillePrTous @EricPiolle tête de liste Europe Ecologie Les Verts
@YMongaburu candidat sur la liste EELV ?
divers droite @dbonzy denis bonzy candidat, ancien maire de St Paul de Varces
@GreEnValeur @LahcenBenmaza candidat indépendant

@Echirolles

Voir l’article spécifique consacré à Echirolles.

EYBENS

voir l’article spécifique en cliquant ici.

@fontaine38600

@LaurentThoviste conseiller municipal PS

@JulienMartin38 conseiller municipal écologiste

MEYLAN

@MichelBernard38 adjoint UMP au maire de Meylan

JcPeyrin président de l’UMP 38 – Maire adjoint de Meylan

Sassenage

@ChristianCoigne maire nouveau centre de Sassenage

St Egreve

cKamowski maire sortant

Saint-Ismier

@HenriBaile UMP

Voiron

@JulienPolat UMP

Claix

@MichelCuaresma socialiste

@BrunoGerelli divers droite

@Varces

@vivreVarces liste d’opposition au maire UMP sortant de Varces

les bus 17 ne s’arrêtent pas à l’arrêt Albert Reynier à 17h30 car ils sont pleins

– 17 septembre 2013
bus 17 vers 17h40 plein à l’arrêt Péguy car remplis de Lycéens

– 7 octobre 2013
bus 17 passé avec 10 minutes de retard à Albert Reynier à 17h26 et ne s’est pas arrêté

– 8/10/2013
bus 17 plein

– 14/10/2013
bus 17 plein

– 16/10/2013
bus 17 plein

– 07/11/2013
bus 17 plein

– 12 décembre 2013
bus 17 de 17h20 est plein et ne s’est pas arrêté à Albert Reynier

– 7/01/2014
bus 17 plein

– vendredi 17 janvier 2014
bus double étage de 16h19 plein à Albert Reynier
bus suivant direct les Saillants 1/3 vide (donc les gens qui vont à Vif ou les Saillants auraient pu le prendre et seraient arrivés en même temps)

Sans compter les fois où je ne l’ai pas noté ou où je n’ai pas pris le 17.

Voici la réponse de la TAG

Cher Monsieur,

Nous avons pris connaissance de votre mail du dans lequel vous réitérez votre mécontentement quant à la ligne 17.

Le phénomène de surcharge se produit au niveau de l’arrêt Péguy car les lycéens se rendant à Varces privilégient la ligne 17, alors que la ligne 1 pourrait aisément les y emmener avec un temps de trajet pas beaucoup plus long.

Nous vous confirmons qu’il n’y aura pas de moyens supplémentaires mis en place sur la ligne 17, dans la mesure où une autre ligne du réseau TAG existe. [note : ligne 1 vers Varces qui n’existera plus à partir de juin 2014, elle s’arrêtera à Claix Pont Rouge]

Restant à votre disposition, cordiales salutations.

histoire de l »eau de Grenoble’ (privatisée par Carignon)

1964 : suite à des pénuries en eau potable, création d’un Syndicat des usagers de l’eau par Hubert Dubedout, maire de Grenoble de 1965 à 1979

1989 : Concession du service des eaux de Grenoble par la municipalité d’Alain Carignon à la Lyonnaise des eaux (maintenant Suez).
Forte augmentation des prix de 1989 à 1995.

1996 : Création d’un comité d’usagers du service de l’eau au sein du nouveau conseil municipal (maire à l’époque : Michel Destot).

2000 : Retour à une gestion publique de l’eau avec l’établissement public et commercial de la Régie des eaux de Grenoble (REG).

Source : Le Dauphiné

Plus d’informations sur le site de l’ADES.

Interview du développeur de l’appli TAGdroid

tagdroid_image3

Bonjour, peux tu te présenter (âge ? profession ?)

Bonjour, j’ai 21 ans, je suis Grenoblois et étudiant à l’Université Joseph Fourier (UJF) en Master 2 Pro ISTRe : Intégration des Systèmes Temps Réels (parcours en alternance) sur le domaine universitaire.

Donc comme vous pouvez le constater, ma formation se situe au milieu des 2 mondes de l’électronique et l’informatique. On comprend rapidement ma passion pour les nouvelles-technologies.

Depuis quand t’intéresses-tu à l’informatique et depuis quand à Android ?

L’intérêt pour l’informatique ?

Je l’ai depuis mon adolescence, j’ai fait des sites web pour des associations. Plateforme CMS type Joomla, WordPress puis PHP/CSS et aussi un site en Flash (un peu obsolète me diriez-vous aujourd’hui).

L’attrait pour Android par contre, ça date mon premier smartphone (début 2010 quand Android commencait à se démocratiser) avec un HTC Desire. J’ai ensuite eu un Nexus S puis maintenant un Nexus 4.

As-tu aussi un Windows Phone ou un iPhone ?

Pour ma part, aucun intérêt d’avoir un second téléphone et encore moins un non-Android. Loin de moi l’idée d’avoir un iPhone, quand on voit le prix d’un haut de gamme comme un Nexus 5 qui vient de sortir, pourquoi voudrait-on entrer dans le cercle de la Pomme si ce n’est pour dépenser de l’argent dans une marque plutôt qu’un produit.

Est-ce que tu développes aussi sur iPhone ou Windows Phone ?

Non, seulement sur la plateforme Android. Je me suis renseigné sur le développement iOS, mais trop de contrainte (pas d’iPhone sous la main, licence développeur chère (80€/an), programmation Objective-C, etc.). Au final, l’exclusivité Android de mon application ne me déplaît pas tant que ça ^^

Outre TAGdroid, as tu d’autres projets ?

J’aimerai avoir d’autres projets, mais malheureusement les idées ne fleurissent pas, et le développement de TAGdroid jusque là ne me poussais pas vraiment à chercher l’idée révolutionnaire. D’autant plus qu’au vu de la concurrence de développeur, il faut avoir l’idée mais aussi la rapidité de conception. Je reste évidemment ouvert à toute proposition extérieure notamment pour du freelance.

Tu as fait une mise à jour récemment sur TAGdroid ?
Peux-tu nous la présenter ?

BONNE NOUVELLE ! Une mise à jour est arrivée. Il y a quelques nouveautés notamment sur l’apparence.

Malheureusement, pour coller un minimum au délai que je m’étais fixé, j’ai du écourter le développement. Donc il reste encore pas mal de chose à faire, et c’est pas les idées qui me manquent. J’avouerai qu’un peu d’aide d’un développeur Android ne serait pas de trop. Un lycéen m’a aidé pour référencer toutes les géolocalisations des stations des lignes de bus, et ça m’a fait gagner pas mal de temps, mais comme il n’a pas de connaissance informatique, ça s’arrête la.

Il s’agit d’une mise à jour, résultat de près d’un an de travail.

Dans un premier temps, la structure globale de l’application a été revue pour se rapprocher de la standardisation des applications Android comme le préconise Google. Le développement a pris tellement de temps que les normes ont même changé en cours de route. J’en ai profité pour corriger des incohérences graphiques tout en gardant une simplification dans la navigation. On découvre ainsi un logo un peu plus propre, les boutons retravaillés selon le style minimaliste que l’on retrouve un peu partout maintenant.

La nouvelle API Google Map a été mise à niveau vers sa version 2, on peut désormais incliner la caméra. J’espère voir arriver bientôt le mode “Earth” qui permettra d’afficher les bâtiments 3D.

Pour ce qui est du réseau en lui même, la ligne E a été intégrée pour que l’on se fasse une idée de la futur ligne. Une bonne partie des lignes ont été corrigées depuis les modifications effectuées par la TAG début septembre. L’affichage des stations d’une ligne est plus propre qu’avant et intègre le plan PDF de chaque ligne.

Toutes les stations sont désormais géolocalisées et cela grâce à un jeune collaborateur Alexandre LOUVRIER qui s’est proposé de m’aider dans cette tâche assez chronophage. Je tiens donc à le remercier fortement parce que je serai peut être encore en train de travailler la dessus. ^^

Dans l’affichage de la station, on découvre désormais une vue satellite de l’arrêt. L’affichage des directions des prochains tramways est trié par ordre alphabétique pour éviter toute confusion lors d’un rafraîchissement de page. Un pop up d’alerte est également présent en cas d’alerte info-trafic sur la station.

La page “Proximité” affiche maintenant l’adresse calculé en fonction des paramètres de “Position”.

Pour l’actualité, un nouveau flux RSS a été ajouté pour afficher les nouvelles du SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération grenobloise).

La partie informative sur les titres de transports a évolué selon les nouveaux tarifs en vigueur au 1er Septembre 2013.

On retrouvera également l’intégration d’une page de bienvenue qui sert de tutoriel/description, intégration de sonde pour observer le comportement utilisateur (analyse de ce qui intéresse les gens dans l’application, à quel heure, sur quel type de smartphone, etc.), et enfin un système de push notification qui me permet d’envoyer une notification à tout les utilisateurs pour les informer de perturbation, grêve, plantage reseau, etc.

Pour terminer, je regrette que l’application ne soit supportée qu’a partir d’Android 3.0 depuis la derniere MAJ mais les délais ont été sérrés et je n’ai pas pu faire autrement. La publicité, autrefois sous forme de bandeau publicitaire, a été remplacé par une annonce interstitielle. Ca peut déranger certains, mais l’application étant gratuite, ce moyen là était le plus judicieux pour ma compensation financière.

Bien évidemment, il y a encore tout un tas de fonction qui ne demandent qu’à être implémentée et j’espère vous les faire découvrir lors de la prochaine mise à jour. 😀

Voilà tout est dit, je vous laisse maintenant vous faire votre propre opinion de l’application, si ce n’est pas déjà fait ! 😉

TAGdroid sur le Google Play Store.

23

15

Interview avec le développeur de l’appli TAG Live Grenoble

appli disponible sur iOS et Android (voir en bas de l’interview)

tag live

Bonjour, peux-tu te présenter (âge ? profession ?)

Bonjour, je m’appelle Jean-Baptiste, j’ai 23 ans, et je termine ma formation en informatique. Je suis développeur logiciel orienté mobile.

depuis quand t’intéresses-tu à l’informatique et depuis quand à Android ?

J’ai commencé à m’intéresser à l’informatique assez tôt, mon père étant chef de projet dans cette même branche, je me suis penché dessus vers l’âge de 7-8 ans.

Je me suis d’abord intéressé au domaine web, puis à l’infographie en général avant de choisir une filière qui me permette de toucher à tout et choisir ensuite ce qui me plaît en ayant connaissance des différents domaines possibles.

La mobilité a commencé à m’intéresser il y a trois ans. Je commençais à savoir que je voulais me spécialiser dans le développement logiciel, puis le monde des smartphones (et des technologies mobiles en général) ont su me séduire assez rapidement.

J’ai commencé à me former sur le développement iOS dans un premier temps, puis sur Android il y a un an et demi pendant un stage que j’ai choisi sur le sujet (application pour les aéroports de Lyon Guidelys (qui a été retirée du Google Play Store depuis)).

Tu m’as dit que tu n’avais pas de téléphone Android. Est-ce à dire que tu utilises un iPhone au quotidien ? ou un Windows Phone ?

Je suis effectivement utilisateur d’iPhone. L’environnement de développement est très agréable, et je connais la logique d’utilisation de l’appareil, ce qui me permet de développer plus facilement dessus.

Par contre, j’ai bien un téléphone Android pour développer. Le modèle est ancien et abîmé, ce qui me limite un peu dans mes tests. Je ne l’utilise donc pas au quotidien en dehors du développement, et la philosophie de l’OS et de son utilisation est très différente d’iOS, ce qui explique une certaine différence entre l’application iOS et Android. Je continue d’améliorer cette dernière grâce aux retours des utilisateurs qui connaissent mieux cette plateforme (merci particulièrement aux utilisateurs du site non officiel de la TAG pour leurs retours).

Les utilisateurs ont la possibilité de me contacter pour signaler les problèmes que je n’aurais pas remarqués, et en cas de crash, l’application propose d’envoyer un rapport d’erreur qui me permet de voir quel est le problème et de travailler sur une solution. Les premiers retours que j’ai reçus m’ont permis de stabiliser l’application et de la rendre compatible avec Android 2.2, et bien qu’il reste quelques améliorations à apporter sur l’interface, elle est simple et fonctionnelle.

Tu développes aussi sur iPhone. En comparant les 2, qu’est-ce que
tu aimes sur Android et qu’est-ce que tu regrettes qu’Android n’a pas
et qu’iOS a ?

D’un point de vue utilisateur, je ne suis pas vraiment fan de l’interface (design et interactions), des sur-couches de l’OS, et du contrôle inexistant des applications fournis sur le Play Store. J’apprécie cependant la gratuité de cet OS.

Pour les performances, je trouve qu’un OS Open Source qui fonctionne sur autant de téléphones (hardware) ne peut être optimisé pour toutes les structures. Basée sur une technologie Java, on ajoute une couche virtuelle entre le téléphone et le système d’exploitation, ce qui impacte les performances et la durée de vie du téléphone.

D’un point de vue développeur, ma première mise en ligne d’application était complètement buggée et ne fonctionnait que sur mon téléphone avec mes certificats de développeur (mauvaise manipulation de ma part, mais s’il y avait eu le moindre contrôle, on ne trouverait que des applications fonctionnelles sur le store). N’importe qui peut donc développer des virus ou des applications de mauvaise qualité.
L’environnement de développement n’est pas le plus agréable, il arrive que je ferme un projet fonctionnel et que lorsque je l’ouvre à nouveau, Eclipse (qui est mon IDE) m’indique des erreurs qui n’existent pas.

Cependant, j’apprécie le faible coût des licences développeur, le fait d’avoir accès à beaucoup de documentations et librairies, même si le fait que ce monde ouvert puisse entraîner des problèmes de performances en voulant toucher aux zones les plus profondes du système.

L’utilisation d’un OS plutôt qu’un autre est une question de goûts et de moyens. Même si je n’aime pas spécialement Android, je reconnais que le Nexus 4, et maintenant le Nexus 5, sont de bons téléphones. Je développe sur cette plateforme pour rendre service à ceux qui apprécient ce système, tout en améliorant mes compétences de développement.

Outre TAG Live Grenoble, as tu d’autres projets ?

TAG Live était un projet personnel. Il est né du constat que la TAG n’avait pas de solution qui répondait au besoin de quelques amis.

Nous avons souvent des temps fraternels à l’église en centre ville, et lorsque ça finit tard, il n’y a plus beaucoup de trams, et encore moins de bus.
L’hiver, on préfère savoir quand passe le prochain tram pour partir un peu avant et ne pas avoir à attendre 20 minutes sous la neige, surtout lorsqu’on est excentrés.

Je me suis donc dis qu’avec les connaissances que j’ai acquises en cours, je pourrais développer une application qui réponde à ces besoins afin de leur rendre service, et comme elle peut être utile à n’importe quel usager de la TAG, je l’ai proposée sur l’AppStore puis sur le PlayStore.

Ces projets personnels viennent principalement lorsque je remarque un manque avec mes amis. Je n’ai pas de projet de ce style en ce moment, mais il me reste mes projets professionnels qui restent dans le même domaine.

Je ne remets pas en question ton application mais après avoir refait un test je n’ai pas la certitude que les données de l’application sont « en direct » sur quelques lignes (les lignes secondaires). J’ai constaté sur la ligne 13 qu’un bus était signalé « à l’approche » à un arrêt et il ne l’était pas.
Sans dévoiler de secret, peux-tu confirmer ?

J’ai quelques contraintes techniques sur lesquelles je travaille. Aujourd’hui, il faut moins de 4 minutes avant l’actualisation des données.
En conditions normales de circulation, ce n’est pas précis puisque les trams passent toutes les 5 minutes, mais comme les usagers sont sensés se tenir aux arrêts quelques minutes avant le passage du bus, ce n’est pas gênant. La nuit, lorsqu’il faut attendre 30 minutes ou plus pour un bus, il va de soi qu’un utilisateur arrive aussi un peu avant afin ne pas rater sa correspondance et attendre pendant longtemps. Ce laps de temps est donc négligeable.
La journée, l’application est plus pertinente pour les retards, ou pour les lignes à faible taux de passage.

Afin que les utilisateurs sachent exactement quand passe leur transport, l’heure de mise à jour est affichée en haut.

Si on compare le mode de fonctionnement de TAG Live avec TAG Droid, on peut remarquer que TAG Droid récupère les informations d’une ligne spécifique, et d’un arrêt précis de cette ligne. L’utilisateur peut rafraichir manuellement les données. Le problème est que sur un arrêt tel que Chavant, on ne pourra alors voir que la ligne choisie avant, et il faut attendre un peu avant que les données n’arrivent.

J’ai choisi de faire différemment. Je veux pouvoir présenter les informations dès que l’utilisateur choisit son arrêt. Je récupère les horaires de toutes les lignes, et j’affiche sur chaque arrêt l’ensemble des lignes qui y passent. Lorsque l’utilisateur sélectionne son arrêt, les horaires doivent déjà être affichés, et se mettent à jour d’eux-même.

Cette façon de faire est très différente, et j’ai privilégié cette approche afin de fournir des informations plus cohérentes à l’utilisateur si celui-ci choisit de sélectionner un arrêt dans la liste alphabétique ou sur la carte (ou encore dans les arrêts favoris ou à l’arrêt le plus proche).

L’inconvénient est que le rafraichissement soit plus long, mais je travaille à l’améliorer, et j’ai de bons espoirs de passer à moins de 1 minute d’ici quelques mois.

Est-ce que ton appli est plus téléchargée sur Android ou sur iPhone ?

Difficile à dire, la version iOS a été lancée début septembre, et il n’y a pas d’application similaire sur l’AppStore.

La version Android a été lancée début Octobre avec quelques bugs, et il existait déjà TAG Droid.

Ces deux situations ne sont pas comparables.

Il est évident que la version iOS est plus aboutie, et qu’elle rencontre un succès plus facilement, mais la version Android a ses chances de rattraper celle sur iOS à plus long terme.

veux tu rajouter quelque chose ?

Je voudrais remercier ceux qui m’encouragent par les commentaires et notes: ils participent à l’amélioration de TAG Live.

Je n’ai pas la possibilité de répondre sur iOS alors je vais le faire ici. Je prends en compte chaque commentaire et essaie de les intégrer si c’est faisable, et si c’est dans l’optique de l’app. Mon but est de rendre service en ayant une application le plus simple possible. Le but premier de l’application est de fournir les horaires en direct, et de pouvoir visualiser facilement le réseau.

J’ai eu des demandes d’affichage du tram E, et s’il n’est pas visible dans l’application aujourd’hui, c’est tout simplement parce que la ligne n’est pas ouverte. Elle sera visible dès son ouverture. On m’a demandé d’afficher les horaires des trams et bus, chose que je n’ai pas comprise puisque ça le fait déjà…

La cartographie des bus de nuit a aussi été demandée, et depuis l’intégration des bus N1 à N4, on peut afficher les stations sur la carte.

Les fonctionnalités telles que itinéraires ne font pas partie des buts premiers de l’application, c’est un sujet sur lequel je me pencherai, mais je ne donnerai pas de date pour ça. Je préfère que l’application remplisse parfaitement son rôle premier sur toutes les plateformes avant d’intégrer de nouvelles fonctionnalités.

Je le ferai donc, mais pas tout de suite.

Enfin, les problèmes d’affichage sur iOS7 qui empêchaient que le bas des horaires soient visibles a été corrigé suite à des retours d’utilisateurs.
Merci donc à ceux qui m’indiquent ces problèmes.

Si l’application vous est utile, n’hésitez pas à en parler autour de vous et à la noter, c’est toujours encourageant, et si vous voyez des points d’amélioration, n’hésitez pas à m’envoyer un email sur admin@tag-live.fr

Je te remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions.

Je renvoie nos lecteurs à vers tes applis Android et iOS.

Merci à toi, et en espérant avoir été utile à un maximum de personnes, je vous souhaite une bonne expérience d’utilisation de TAG Live.

émission de télévision sur la tuerie de Chevaline (4 morts près d’Annecy en 2012)

Victimes de la tuerie de Chevaline :
– Saad al-Hilli, 50 ans
– sa femme
– sa mère (la grand-mère des petites filles)
– Sylvain Mollier, 45 ans, cycliste le jour du drame, chaudronnier chez Cesuz, filiale d’Areva à Ugines en Savoie. Sylvain Mollier était divorcé et remarié avec une assez riche héritière.

Zaïd al-Hilli, 54 ans, suspect, est le frère aîné de Saad al-Hilli.

le cycliste britannique témoin de la tuerie de Chevaline était un ancien de la Royal Air Force. Il était formé aux premiers secours (il a mis la fille ainé des Al Hilli dans la position latérale de sécurité).

la fille aînée des Al Hilli a été immédiatement hospitalisée à l’hopital de Grenoble après la tuerie de Chevaline et plongée dans un coma artificiel.

en fait c’est un campeur confirmé par le propriétaire du Camping de St Jorioz qui a prévenu les enquêteurs qu’il manquait une victime (la petite fille). La petite fille a ensuite été retrouvée dans la nuit qui a suivi la tuerie dans la jupe de sa mère à l’arrière du break britannique.
C’est la miraculée de la tuerie de Chevaline car les enquêteurs ont initialement eu peur d’un enlèvement.

horrible : le break des Al Hilli a trainé le corps du cycliste français Sylvain Mollier sur plusieurs mètres sur le parking de Chevaline après sa mort.

Sylvain Mollier, le cycliste français chaudronnier chez Cezus/Areva laisse un orphelin de 2 mois suite à sa mort à Chevaline (enfant issu d’un remariage avec une riche héritière).

le cycliste français tué lors de la tuerie de Chevaline travaillait chez Cezus, filiale d’Areva & était marié à 1 riche héritière.

Saad Al Hilli travaillait dans une filiale d’EADS Astrium qui designait et modélisait en 3D des satellites d’imagerie agricole.

Saad Al Hilli, victime de la tuerie de Chevaline n’avait aucune habilitation confidentiel défense malgré son travail dans la filiale d’EADS Astrium (Surrey Satellite Services Technology).

Saad Al Hilli possedait 12 tera-octets de données appartenant à Surrey Satellite Services Technology qu’il n’aurait pas du avoir chez lui.

Personnes interviewées pendant l’émission :
André Pierre Tarrat est un ancien commissaire de police à la DST.

– Myriam Benraad, spécialiste de l’Irak

article de Wikipedia sur la tuerie de Chevaline.